Réginald Boulos critique la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement

Le carnet octroyé par le président du Mouvement de la Troisième Voie (MTV) au gouvernement pour la gestion de la crise du coronavirus n’est pas du tout reluisant. Réginald Boulos a écorché le ministre haïtien des Affaires étrangères Claude Joseph, qui, avant lui, avait déclaré sur les ondes de Magik 9 jeudi que dans toute la région, le gouvernement haïtien est celui qui gère le mieux la crise du coronavirus. « C’est normal d’avoir 108 cas confirmés quand on n’a fait qu’un millier de tests en deux mois », raille Réginald Boulos, faisant remarquer actuellement la République dominicaine a déjà effectué 20 000 tests. En dépit du fait que la République dominicaine dépasse Haïti en termes de valeur nominale avec 8807, le taux de létalité y est nettement inférieur, contrairement à Haïti. « Le taux de mortalité en République dominicaine est de 4% alors qu’il est de 11% en Haïti », fait remarquer le médecin.

Il y a un mois et demi, Réginald Boulos avait proposé au gouvernement de suivre l’exemple de la Corée du Sud qui, peuplée de 54 millions d’habitants, avait fait 634 000 tests. Si le gouvernement avait suivi ses conseils, il aurait effectué 120 000 tests, affirme Réginald Boulos qui porte plusieurs casquettes. Contrairement à ce que prétend Claude Joseph, personne ne connaît la situation réelle du coronavirus dans le pays, selon le fondateur du MTV. «  Officiellement, selon les experts des Nations unies, on nous avait dit que 10 000 personnes étaient mortes du choléra. Moi, j’estime qu’on en avait enregistré le double. Ricardo Seitenfus a dit qu’il pense que le nombre de personnes qui ont été tuées par le choléra étaient de 50 000. C’est la même chose qui est en train de se produire », analyse l’homme d’affaires.

« La décision de ne pas faire des tests est une décision politique », avance Réginald Boulos. Il s’appuie sur les dons reçus en nature et en espèces par le gouvernement pour justifier sa thèse. « J’ai lu hier –mercredi- que l’OPS/OMS a fait don à Haïti de 9000 tests », souligne le médecin qui a évoqué les 111 millions de dollars approuvés par le FMI pour Haïti, plus les 50 millions de la BID et les  20 millions de la Banque mondiale. À cela, il ajoute les 50 millions de dollars qui seront mobilisés par le gouvernement dans le Trésor public. « Cela fait en total 231 millions de dollars », calcule l’homme d’affaires qui a fait remarquer qu’il ne faudrait pas plus de 1.5 million de dollars pour acquérir 50 000 tests  PCR avec tou le matériel d’extraction.

Selon les autorités du ministère de la Santé publique, seuls deux laboratoires se trouvant à Port-au-Prince sont habilités à effectuer les tests PCR. Un choix que critique Réginald Boulos. Il pense que les tests auraient pu être distribués dans tout le pays tout en suggérant la formation de techniciens pouvant les faire sur place.

Réginald Boulos avance deux hypothèses qui pourraient, selon lui, expliquer le refus du gouvernement d’effectuer massivement tests. « Peut-être qu’aux dépens de nos malades et de nos morts,  des experts ont décidé d’aller vers l’immunité collective dont l’efficacité n’est jusqu’à présent pas encore prouvée », craint-il. La deuxième hypothèse est que le gouvernement veut éviter de faire face à la « catastrophe ». « Ils ne veulent pas qu’on voit la limite de ce qu’ils n’ont pas fait », lâche-t-il. Réginald Boulos affirme qu’il ne veut pas faire de la politique avec le coronavirus. « Toutefois le gouvernement ne doit pas nous prendre pour des imbéciles pour autant », a-t-il déclaré. Le dirigeant du MTV, qui en 2019 s’était donné à fond dans la bataille pour le renversement de Jovenel Moïse, fustige le gouvernement qui, selon lui, « n’est en train de faire rien de sérieux ».

En ce qui a trait au nombre d’Haïtiens qui fuient la République dominicaine, pays le plus affecté par le Covid-19 dans la Caraïbe, en traversant les lignes frontalières sans subir de tests, la directrice de l’OPS/OMS, Carissa Étienne, dans un article du Miami Herald, dit craindre une « véritable tempête » dans le pays. Le comité multisectoriel de gestion la crise du Covid-19 emmené par William Pape et Lauré Adrien a prévu qu’Haïti pourrait enregistrer jusqu’à 20 000 morts. « Je ne peux pas le dire puisque je n’ai pas les données à ce sujet. Il n’y a pas de données sur la base desquelles je peux avancer qu’il existe une grande transmission communautaire du coronavirus  », réagit Réginald Boulos, qui croit toutefois qu’ « il faut se préparer au pire ».

Réginald Boulos, qui a critiqué au passage la formation du comité multisectoriel, qui n’est pas selon lui représentatif des secteurs de la société, pense que le gouvernement  est en train de « démobiliser » la population quand il affirme que la crise est mieux gérée en Haïti.

Danio Darius

Le Nouvelliste


Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *