Pierre Réginald Boulos : « Les 200 employés de la Universal Motors ne seront pas au chômage »

Outre un plan de reconstruction, le Dr Réginald Boulos annonce, lors d’une conférence de presse le vendredi 19 mars 2021, un plan de réouverture rapide des portes de la Universal Motors après son pillage suivi de son incendie le mercredi 17 mars, c’est ce qui permettra aux 200 employés de ladite institution de reprendre sous peu le chemin de leur travail. Actionnaire du distributeur exclusif de la marque Nissan en Haïti, le Dr Boulos n’est pas disposé à en démordre, au contraire il se dit décidé à « dédier le reste de sa vie au service du pays ».

Si la face extérieure du bâtiment de la Universal Motors garde son allure impeccable, une bonne partie de l’intérieur est méconnaissable.  Il n’est pas nécessaire de disposer des bilans pour certifier une perte colossale ; les dommages sont évidents. « Construit en 2018, le plus beau showroom de la Caraïbe est complètement détruit », regrette le Dr Boulos.

Aucune évaluation n’est encore réalisée, les premières heures ont été consacrées aux employés de l’institution qui ont été pris au dépourvu. Frappés, blessés, ils ont souffert lors de l’assaut, à en croire le chef du parti MTV Ayiti. « 48 heures après l’attaque, le plus important pour moi, c’était de m’assurer que le moral de mes employés était au beau fixe. J’ai des employés qui ont appelé leur famille pour faire leurs adieux ; ils avaient peur, conseillant les uns les autres de se taire alors que les bandits les cherchaient », révèle M. Boulos.

La Universal Motors est disposée à se relever aussitôt. Trois jours après l’attaque suivie d’incendie, l’homme d’affaires parle déjà de plan de relance. « Après la conférence de presse, nous allons commencer à faire les évaluations. Deux plans seront mis en œuvre : un plan de réouverture rapide avec les moyens du bord et un plan de reconstruction », divulgue l’homme d’affaires. Le plan de réouverture est concocté pour empêcher les 200 employés de la Universal Motors de tomber dans le chômage. « Alors que l’on travaillait pour rouvrir dans les trois prochains mois le Delimart de Delmas et du coup redonner aux employés qui ont perdu leur travail en 2018 (suite aux incidents des 6 et 7 juillet) leurs emplois, ils voulaient plonger les 200 employés  de la Universal Motors en cessation. Je ne sais pas dans combien de jours la Universal Motors rouvrira ses portes, mais je sais qu’aucun employé ne perdra des jours de travail », assure l’entrepreneur.

Réginald Boulos invite la population à bien découvrir ceux qui travaillent à son profit et à l’avancement du pays

« Ce n’était pas les manifestants ni la population qui ont perpétré cette attaque, c’est un petit groupe de bandits déterminés, munis d’armes automatiques et de cocktail Molotov envoyés à Nissan », accuse le leader du Mouvement pour la transformation et la valorisation d’Haïti (MTVAyiti).  « Depuis le jour où je me suis lancé dans la bataille politique pour continuer avec les actions que j’ai entreprises en privé, dont la construction de l’école de Cité Soleil, l’hôpital Ste-Catherine à Cité Soleil, l’hôpital de Ouanaminthe, l’hôpital de Fort-Liberté, je savais que je mettais ma vie et mes biens en danger », lance le Dr Boulos. « Du moment où vous décidez de changer les choses, une mafia composée d’hommes politiques qui dilapident les fonds de l’Etat et du secteur privé qui participent à la corruption, font de la contrebande, se dresse au travers de votre chemin », fustige le leader politique.

Pierre Réginald Boulos fait appel à la vigilance de la population pour ne pas se détourner des sujets importants que les dirigeants tentent de placer au second plan par la diversion. « Boulos n’est pas important, Nissan n’est pas importante aujourd’hui. Nous ne laisserons pas évincer le débat qui est à l’ordre du jour. Le changement de la Constitution est important, l’organisation de mauvaises élections est importante, la distribution anarchique de la carte Dermalog est importante », énumère-t-il.

Le Dr Boulos réitère son engagement à travailler pour le bien du pays, présentant un projet qu’il dit différent de celui du pouvoir en place. «  J’ai 65 ans, je décide de dédier le restant de mes jours à Haïti. J’arriverai là où le Bon Dieu voudrait que j’arrive. S’ils veulent m’infliger le même sort que Monferrier Dorval, que Vladjimir Legagneur, que Grégory Saint-Hilaire, ou Éveline Sincère, c’est Dieu qui en décidera », lâche-t-il. « Le projet de Réginald Boulos, c’est d’abord créer un parti politique moderne où femmes et hommes, jeunes et paysans, étudiants, Haïtiens de la diaspora peuvent apporter leur vision, leur courage, leur compétence à  l’édification d’un pays construit sur le travail, l’éducation, la sécurité et la santé », poursuit-il. «  Ce projet n’a pas besoin de gangsters, au contraire, sa mission, c’est de leur permettre de fréquenter des écoles professionnelles, construire des universités pour permettre le bourgeonnement de réflexions sur la qualité de la vie du peuple haïtien », ajoute-t-il.

Par ailleurs, Pierre Reginald Boulos informe qu’il est probable que son avocat porte plainte contre X, toutefois il souligne qu’il est du devoir de l’État de se mettre en branle pour poursuivre les terroristes et les mettre hors d’état de nuire.

Lyvert Wedster

Auteur


Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *